Storytelling : exemple de dérive tragique

Storytelling : exemple de dérive tragique

Nous avons tous frissonné à l’idée d’une guerre nucléaire ces derniers temps. Vous voyez de quoi nous parlons ?

Menaces, insultes sur les réseaux sociaux, sanctions économiques… Les échanges entre les Etats-Unis et la Corée du Nord ne laissaient rien présager de bon.

Pourtant, un jour, les deux dirigeants de ces pays ont décidé de se rencontrer.

Ils sont sur le point de nous dévoiler un des pires exemples de storytelling.

Quand la réalité dépasse la f(r)iction

Nous sommes le 12 juin 2018 à Singapour. Cette cité-État de six millions d’habitants du sud-est asiatique s’apprête à accueillir un événement historique : la rencontre entre le « Président des États-Unis d’Amérique » Donald Trump et le « Président de la Commission des affaires d’état de la République Populaire Démocratique de Corée » Kim Jong-Un.

Si, si, son titre officiel est bien celui que vous venez de lire. Avouez que cela fait moins menaçant que « Dictateur de la Corée du Nord ». Ce n’est pas le plus important ici.

Nous aimerions surtout attirer l’attention sur une vidéo qui a été projetée par l’équipe de la Maison Blanche au suprême « Leader » Nord-Coréen lors de ce sommet.

Avant d’en parler plus précisément, nous vous invitons à la regarder  :

Storytelling sur fond de propagande

Dès les premières secondes, une drôle de sensation frappe les esprits  : la vidéo est montée comme une bande annonce. On y trouve tous les ingrédients d’un blockbuster sortant prochainement au cinéma :

  • Tension dramatique qui monte
  • Voix off prenante
  • Musique épique
  • Images folkloriques stéréotypées
  • Présentation d’un héros qui peut mettre fin à l’injustice. ..

…Et ce héros c’est Kim Jong-Un lui-même.

Vous aurez beau retourner cette vidéo dans tous les sens, l’aboutissement est le même : C’est Kim Jong-Un qu’on met face à un choix héroïque, plus que tragique.

Et Trump là-dedans ? C’est une sorte de messie, de mentor qui « montre » au héros la voie à suivre pour le bien des peuples.

Trump, le Messie

En exhibant cette vidéo au monde entier, le président Trump et son équipe n’ont fait que légitimer le régime de Kim Jong-Un. Une opération de communication machiavélique où le dictateur nord-coréen n’a pas eu besoin de se mettre en scène pour une fois.

Cette vidéo est aussi un moyen d’élever Trump au rang de messie. Une analyse qui peut vous paraître un peu poussée, voire osée, mais ici le président des États-Unis est présenté comme un personnage providentiel qui met fin à l’ordre présent, bon ou mauvais, et instaure un monde de justice et de bonheur. 

Il est vrai que la plupart des blockbusters américains se basent sur ce genre de personnage véhiculant les valeurs phares de la société américaine. Sauf que cette fois, il n’y aura pas de sortie en salle suite à la bande-annonce que vous avez pu voir. 

Une aubaine contre une promesse

Kim Jong-Un serrant la main à Donald Trump

Cette tentative de séduction est un parfait exemple des dérives tragiques du storytelling. Grâce à l’intervention de ce personnage providentiel, l’ennemi d’hier devient le héros du jour.

Quel en est l’intérêt pour Trump ? Celui de tenir une promesse électorale tout simplement. Et c’est tout ce qui importe au président des Etats-Unis.

Après avoir vu cette vidéo qui nous a fait froid dans le dos, nous n’avons pas pu nous empêcher de penser à Christian Salmon déplorant que notre époque relève uniquement « d’un impérialisme narratif ». En 2007, il alerte déjà sur cette tendance à la prolifération de communication au détriment des idées.

Débat de fond majeur, qu’il serait peut-être bon de nuancer.

Quoi qu’il en soit, le constat ici est que nous faisons face à une mauvaise histoire qui vise à manipuler et imposer incontestablement un nivellement des idées vers le bas. 

Un bien triste exemple de storytelling qu’il nous fallait dénoncer.

En tout cas, le résultat du match est sans appel : Kim Jong-UN, Trump zéro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *